Retour
Madame Anne-Marie Descôtes, ambassadrice de France en Allemagne, et Madame Mireille Cadiou, présidente de l'Amicale de Sachsenhausen

Ambassade 2019

Madame l’Ambassadrice,

74 ans nous séparent bientôt de la fin de la dernière guerre mondiale, « Souvenons-nous et restons vigilants » demeurent plus que jamais d’actualité.

La mémoire de la Résistance et de la Déportation est en construction incessante, sous l’effet tant de la mémoire collective que des cheminements intimes de la mémoire individuelle.

Nos amicales, notre amicale de Sachsenhausen sont un maillon gardien et entrepreneur de mémoire. Elles veillent en premier lieu à recueillir, à archiver, à faire entendre, inaltérée, la voix des Déportées, des Internés, des Résistants, à donner à ces témoignages directs la place qui leur revient.

Les leviers utilisés pour répondre à la construction de la mémoire relèvent de la dimension civique que nos dirigeants veulent inculquer à nos citoyens.

Développer cette mémoire collective passe aussi par des rencontres entre les nations, par des actions d’échanges entre citoyens mais aussi éducatives.

Sans une volonté affirmée dans ce sens ne nous étonnons pas des dérives actuelles dans l’Europe et le monde.

Face au populisme, aux thèses racistes et négationnistes, la mémoire en est un rempart qu’il convient de développer.

A ce propos, je me réjouis des initiatives de l’Ambassade, vous-même et vos collaborateurs pour l’organisation d’une part de la table ronde intitulée « regards croisés sur les lieux de mémoires » puis lundi un échange sur la mémoire partagée.

Nous avions échangé en octobre dernier avec Monsieur Acquatella sur ces actions et c’est bien volontiers que nous avons inscrit ces 2 évènements dans le calendrier de notre pèlerinage.

Pour ma part j’ajouterais que dans 1 mois nous aurons à élire nos représentants au parlement européen, là également soyons attentifs et vigilants.

Je suis persuadée que les principes de paix et de tolérance développés par nos amicales seront de nature à orienter nos choix avec les mêmes convictions défendues par nos Chers Déportés.

Madame l’Ambassadrice, nous savons tout l’intérêt que vous portez à notre démarche et nous vous assurons de toute notre reconnaissance.

Au nom de l’amicale de Sachsenhausen, je vous remercie du temps que vous nous consacrez et pour cette réception en l’honneur des présents que vous recevez ce soir.

Mireille Cadiou, présidente de l’Amicale de Sachsenhausen