Retour
NOTRE AMICALE ET LE TEMPS QUI PASSE............

Citation de Pierre Gouffault, le lundi 20 avril 2009 sur le site Mémoriel de Klinker, texte gravé en cinq langues

Pèlerinage, Hommage, Mémoire

J’avais eu l’occasion d’évoquer les commémorations liées à la déportation de notre Amicale dans un précédent bulletin.

Notre pèlerinage annuel est une des déclinaisons de nos commémorations.

Mais au fait, pourquoi un pèlerinage à Sachsenhausen ? Est-ce encore utile ? Quelle signification ce pèlerinage revêt-il ?

Etymologiquement un pèlerinage peut être défini comme un Voyage fait pour rendre hommage à un lieu, à un grand homme.

Pour notre Amicale l’hommage que nous rendons régulièrement à nos chers déportés va aussi bien au-delà. La notion de mémoire est inscrite dans nos esprits et nous devons en être les acteurs.

A la question de l’utilité d’un pèlerinage et de sa signification, l’actualité apporte la réponse. L’Europe est en danger, le nationalisme, le populisme en sont les menaces de tous les jours.

La Mémoire collective, notre réflexion sur le passé sont des valeurs pérennes forgeant chez les citoyens un esprit critique et un discernement moral indissociables de la démocratie.

Si on tire un trait sur le passé, comme certains le souhaitent, c’est cet héritage qu’on mettra en danger.

Notre vigilance face aux répétitions d’engrenages de repli, d’égoïsme, permet de poursuivre un éveil démocratique. Sans cette vigilance, cet éveil serait en péril pour les prochaines générations.

Face à ce travail gigantesque, que représente notre petite Amicale ?

Nous nous inscrivons dans une conscience globale, nous faisons ce que nous savons faire avec nos déportés survivants, nos familles, nos amis : témoigner encore et toujours pour les premiers, poursuivre et développer le travail de mémoire pour tous les autres et notamment en faisant connaître l’enfer concentrationnaire aux plus jeunes.

Se rendre sur les lieux commémoratifs c’est rendre hommage mais aussi mieux s’imprégner de ce que furent les conditions de l’extermination, par les nazis, d’hommes et de femmes qui ne partageaient pas leur idéologie.

Notre pèlerinage, c’est rencontrer, partager, échanger avec nos concitoyens allemands, des professeurs, les autorités, les jeunes français et allemands.

C’est aussi avec nos familles reconstituer des parcours de vie de parents, grands-parents, mettre nos pas dans ceux qui ont disparu.

Encore une raison sur l’utilité de notre pèlerinage : affirmer notre présence, notre attachement, notre détermination à la conservation du site de Sachsenhausen en lien avec les autorités et les responsables du Land de Brandebourg.

Ces buts poursuivis par notre Amicale, mêmes modestes par leur ampleur, sont partie intégrante des serments légués par tous les déportés que nous nous devons de respecter.


Mireille CADIOU