Assemblée générale du 20 novembre 2021

Rapport Moral

2020, 2021 années noires avec la pandémie qui marquent encore nos esprits. Années au ralenti qui risquent encore de se prolonger avec des reprises mais aussi de nouvelles contraintes allégées espérons-le.

Nous pouvons aujourd’hui nous réunir non pas en congrès dans son format habituel mais en assemblée générale restreinte, ce qui nous redonne espoir pour revenir à une vie plus conventionnelle de notre Amicale dès 2022.

Mais nous ne sommes pas restés inactifs durant ces longs mois de confinement.

Je voudrais remercier toutes celles et tous ceux qui, durant cette période, ont contribué néanmoins à animer notre Amicale au travers du bulletin, les supports numériques, les manifestations et commémorations en région notamment.

Votre dévouement, vos contributions écrites ont été un soutien de tous les instants.

Mes remerciements iront aussi bien évidemment à nos chers déportés qui, malgré les freins liés au COVID ont néanmoins encore témoigné et participé aux commémorations. Ils ont encore et toujours résisté comme ils le disent.

André Lassague, notre Secrétaire général nous détaillera les participations et actions de notre Amicale durant cette période.

Je ne ferai qu’en citer quelques-unes.

Le bureau a pu se réunir à 2 reprises et le Conseil d’administration une fois en présentiel à Paris et nous sommes restés en contact via les supports numériques et multimédia.

Après 3 reports nous avons pu effectuer un pèlerinage en octobre dernier.

Je retiendrai la qualité des participants, leur intérêt, l’esprit amical et la chaleur du groupe.

Notre bulletin a continué à être diffusé et a permis de garder contact avec nos adhérents.

Nous avons eu 2 visioconférences et une réunion sur place avec le Mémorial à propos des aménagements de l’entrée du camp de Sachsenhausen.

Des réunions inter amicales ont pu faire avancer le projet de création d’une association inter amicales.

Nous avons participé dans nos régions souvent en lien avec d’autres associations aux commémorations notamment celle de la journée de la déportation.

Sur le plan financier, André Chatel nous parlera des comptes de notre association.

Il nous a déjà alertés à plusieurs reprises sur la fragilité de ceux-ci due en partie au nombre d’adhérents qui régresse pour les raisons que nous connaissons tous à savoir la disparition de nos chers déportés et les difficultés à recouvrer les cotisations.

A ce sujet, je voudrais remercier André Chatel et Claudine Morvan qui, au travers des actions menées, ont permis de limiter la baisse des cotisations en valeur. Mais cela ne suffira pas.

Nous devrons aborder l’éventualité de céder notre local parisien peu utilisé et dont les charges pèsent sur nos comptes.

Autre préoccupation, notre page « facebook » qui est suivie par de nombreux lecteurs est en « panne » si je peux dire depuis plusieurs mois.

Ce serait aussi peut être l’occasion de rafraichir notre site internet.

Au plan du Comité international, le sujet important de l’année 2021 a été la demande par le Mémorial, de modification du parking des bus devant le camp. Plusieurs scénarios étaient proposés en début d’année et aucun ne retenait notre attention car ils remettaient en cause le cheminement à l’entrée du camp et dénaturaient l’aspect historique du lieu.

Après de nombreux échanges avec le Mémorial, les riverains, la municipalité, les élus du Land de Brandebourg et l’ensemble des associations, un nouveau scénario porté par le Comité International a pu se dégager respectant nos demandes.

Ce projet n’en est qu’à ses débuts et nous devons rester très vigilants sur les futures étapes.

En 2022, nous aurons aussi à élire un nouveau président du comité International, l’actuel s’étant retiré pour raisons de santé.

2022 devrait aussi nous permettre de consolider nos liens avec notre ambassade qui nous assure de son soutien tant matériel que relationnel pour des projets aussi directs avec l’ambassade qu’avec les autorités allemandes, notamment le projet d’aménagement dont je parlais précédemment.

Nous aurons à solliciter à nouveau le Mémorial concernant la plaque « dite » des Français qui a besoin d’une mise à jour.

Nous aurons vraisemblablement à soutenir un projet de l’association du train de Loos qui souhaite implanter une plaque commémorative sur le site du camp.

Nous devons aussi consolider nos liens avec le Mémorial et plus particulièrement avec son directeur qui à certains égards nous semble manquer de transparence.

2022 est aussi une nouvelle sortie de notre exposition qui, après un long sommeil dans ses cartons pour cause de COVID est déjà réservée par la ville de Dijon lors de la commémoration de sa libération en septembre et par le Lycée Carnot de Dijon fin janvier.

D’autres demandes sont en cours. Notre exposition est disponible, à la disposition de toutes et tous.

Cette exposition, propre au camp de Sachsenhausen constitue un des outils de diffusion mémorielle auprès de toute population et particulièrement auprès des jeunes.

D’autres projets devraient aussi pouvoir émerger et 2022 devrait être une année d’un nouvel élan après la parenthèse des 2 dernières années.

Je souhaiterais que le bureau et le Conseil d’Administration puissent rapidement se retrouver dans ce sens.

En terme de conclusion, je voulais citer notre cher Pierrot qui en 2005 disait :

« Le jour de notre libération, nous avons juré de construire un monde nouveau, un monde de paix, de liberté et de fraternité. Comme je suis un optimiste impénitent, je continue d’y croire.

Je continue de croire en l’homme.

Mon espoir repose sur les jeunes générations, je leur fais confiance.

Ils sauront respecter le legs que nous leur avons transmis ».

Propos de confiance, qui nous engagent et que nous devons nous attacher à respecter au travers du travail de Mémoire qui nous incombe.

Puissions-nous, tous ensemble, poursuivre les différents serments de nos déportés, empreints d’espoir, d’amitié, de solidarité et de paix.

Je vous remercie pour votre attention.

Mireille CADIOU
Présidente de l’Amicale de Sachsenhausen