Retour

PARCOURS DE MEMOIRE

 

Au cours de ce voyage en Allemagne du 09 au 15 février 2019, nous pourrons retenir l’intérêt pédagogique de la visite de trois musées qui ont permis aux 38 élèves qui nous ont accompagnés, de comprendre la montée du nazisme, de l’antisémitisme, de la xénophobie et toutes les horreurs qu’engendrent les dictatures.

Le CENTRE d’HISTOIRE de la RESISTANCE et de la DEPORTATION (C.H.R.D.) à LYON :

Dans ce musée est retracée entre autres, l’histoire de la région lyonnaise mais aussi celle de la France depuis 1940 avec la reddition de Pétain jusqu’en 1945 avec la capitulation allemande. Le musée est illustré de nombreuses et riches archives mais aussi de centaines de photos et diaporamas. Les très nombreuses actions de résistance sont mises en exergue. Les résistants sont mis à l’honneur avec leur engagement, leur volonté de combattre l’ennemi mais malheureusement aussi leur triste sort lorsqu’ils sont capturés, torturés, fusillés et (ou) déportés.

Le CENTRE DE DOCUMENTATION sur le NAZISME à MUNICH :

Visité avec un audio-guide, ce musée est conçu d’une manière chronologique qui nous amène de la première guerre mondiale jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale, la seconde étant une des conséquences de la première. Ce musée donne un enseignement fort sur la montée du nazisme et particulièrement en Allemagne. Grâce à de grands panneaux photographiques avec des commentaires et des petites vidéos, le musée donne des explications claires et précises sur l’arrivée au pouvoir d’Hitler avec le détail de ses manipulations et toute la mise en place de sa stratégie basée sur la terreur, la barbarie et le profit, jusqu’à sa chute en 1945. Le musée évoque également l’après-guerre, c’est-à-dire la Guerre Froide.

LE MUSEE de la TOPOGRAPHIE de la TERREUR à Berlin :

Installé sur le site de l’ancien siège de la gestapo et de la S.S., le musée a été rapidement visité, faute de temps. Toutefois, le cheminement à travers les panneaux-photos et les explications (en allemand et en anglais) a permis de voir les innombrables exactions commises par les nazis pendant la seconde guerre mondiale en Allemagne et en Europe, avec toujours en toile de fond, la montée du nazisme jusqu’à sa perte.

Les visites de ces trois musées ont été complémentaires aux parcours de mémoire réalisés ensuite dans les camps de concentration de Dachau, Sachsenhausen et Ravensbrück et ont permis aux élèves de comprendre chronologiquement le développement puis le déroulement de l’histoire de la seconde guerre mondiale.

Ce voyage est une leçon d’histoire qui en retrace un moment douloureux mais il est très important de constater que le but final de ce périple a été atteint quand les élèves, qu’ils soient de 3e ou de 1ère, nous font part de leurs sentiments. Les émotions qu’ils nous traduisent par des mots simples mais si évocateurs, nous montrent que quelque part, ils viennent d’acquérir  une maturité, toute relative certes, mais existante. Ils viennent de prendre pleinement conscience de ce que l’être humain peut être capable de faire tant dans le mal (barbarie) que dans le bien (solidarité). Les valeurs de la République ont d’un coup pris tout leur sens et ils se sont aperçus que tomber dans le populisme, le totalitarisme, le fanatisme et l’exclusion de l’autre, peut arriver très vite et être destructeur. Ce séjour, petit épisode mais grande leçon de vie, leur a ouvert les yeux sur la nécessité de devenir citoyen, certains ont même dit qu’à leurs 18 ans, ils allaient s’inscrire sur les listes électorales pour voter, s’exprimer et faire leur devoir afin que la liberté soit préservée. Ce parcours citoyen les a amenés à une grande réflexion sur la tolérance, le respect de l’autre, la solidarité, la liberté et la nécessité de paix mais aussi sur la vigilance à la vue des évènements actuels.

Nous devons continuer ces voyages pédagogiques pour amener les élèves à réfléchir et agir plus tard pour un monde libre. Ils sont les graines semées pour un avenir de liberté et de paix.

Tous nos remerciements à l’Ensemble scolaire Edmond Michelet de Brive-la-Gaillarde qui soutient notre travail de mémoire et se joint à notre action en permettant à ses élèves et à ses professeurs de participer à ces voyages pédagogiques.

Un très grand merci à Christine Cavaillès pour son dévouement, sa volonté de sauvegarder la mémoire de nos déportés mais aussi pour sa grande faculté de pédagogue et sa solide organisation logistique sans lesquelles ces voyages ne pourraient être réalisés.

Rosette Rigon-Gouffault