Retour

75 ème ANNIVERSAIRE DE LA

LIBERATION DES CAMPS

SOYONS VIGILANTS….

Le 75ème Anniversaire de la libération des camps, doit être une commémoration significative et respectueuse de l’événement pour rendre hommage aux Anciens Déportés.

L’Histoire reste une réalité immuable et nous devons rester vigilants, sur les dérives opérées par ceux qui voudraient la réécrire.

Les Élus Politiques de quelles que structures qu’ils émanent ne sont pas habilités à faire des résolutions suivies de votes sur l’importance de la Mémoire.

Savent-ils d’abord de quoi ils parlent ? certains écrits laissent interrogatifs sur des affirmations qui peuvent troubler les lecteurs et poser interrogations aux générations actuelles.

Nous ne pouvons pas d’aucune manière accepter la désinformation.

Il nous faut faire prendre conscience, à l’Éducation nationale, de faire une plus large place, dans les livres d’histoire à la seconde guerre mondiale, de ses conséquences et de la période indicible de la déportation.

Il est vrai que rien n’est jamais acquis, mais seules les Associations de Mémoire sont habilitées à défendre la Mémoire de la Déportation. En rien elles n’acceptent et n’accepteront l’intrusion politicienne.

Trop de sacrifices ont été consentis, par celles et ceux qui se sont engagés dans la Résistance contre l’occupant sur le territoire national, sans oublier les Pays de l’Europe occupés par les nazis.

L’Amicale de Sachsenhausen, a été créée le 19 septembre 1945, par les survivants, afin d’apporter un soutien moral aux Déportés revenus du camp et aux veuves de leurs camarades.

Les générations actuelles, dans le sillage des Anciens, poursuivent la défense des valeurs de la Déportation et particulièrement celle du camp de Sachsenhausen ; forts des acquis promulgués par les Déportés et de leur volonté à faire connaître leur vécu dans les camps nazis. Ayons en mémoire le legs des Déportés : « Nous invitons les jeunes générations à poursuivre notre lutte contre l’idéologie nazie et pour un monde juste, un monde de paix et de tolérance, un monde qui devrait être libéré de tout antisémitisme, racisme, xénophobie et extrémisme fascisant ».

Nous devons rester fidèles à leur Histoire, en rien, personne ne peut s’arroger le droit de réinventer la période concentrationnaire.

Soyons vigilants et les ardents défenseurs de celles et ceux qui ont lutté pour un idéal, jusqu’au sacrifice suprême, pour que nous bénéficions du droit à la Liberté, l’Égalité et la Fraternité.


André LASSAGUE